Ici finit la Terre pour le poisson lune!

6 Mai

SAMSUNG CSC

Le cap Finistère
Comme tous les caps, le Finistère a un air de famille avec ses grand- frères ou grandes-sœurs… Son approche me fait penser à l’arrivée de loin, entre deux profondes vallées que produit la houle, à la « Table Mountain » qui domine le cap « Bon Espérance »… puis en approchant, peu à peu, avec l’angle de la route cela tient plus au Cap Horn avec ce petit bout de tour blanche qui rappelle le phare du bout du Monde… Le radar, quant à lui, me donne les mêmes images que celui du Cap Farewell au sud du Groenland que je n’ai jamais vu que sur un radar , tellement le brouillard m’interdisait son image à chaque passage .

SAMSUNG CSC

Cap Finistère vu du Nord

Cette région est à passer au plus vite, un désert de houle et de vent. Les bateaux sont ici en transit avec un billet de courte durée…Le Cap Finistère m’a laissé passer sans soucis avec un vent calme et bien ballotté par les courants qui jouent avec les voiliers en transit ! Mon voisin de route,  Magic Erika, un ancien racer de 45 pieds,  s’est fait un peu peur en voulant passer au plus près.
Pour les plus gros navires, dits de commerce,  c’est certainement un lieu de machine à laver… Pendant plus de 15 milles j’ai flotté dans un magma de gras et d’huile jaune….les courants locaux sont certainement, pour les capitaines peu scrupuleux, le moment de nettoyer les cuves ! Rien à voir avec avec les décoctions de Bashung:
Dans un liquide saumâtre
Plein de décoctions d’acide
Qui vous rongerait les os
Et puis…
L’inévitable clairière amie
Vaste, accueillante

Non ici c’était plutôt une soupe , vrai bouillon de culture où j’ai fait la rencontre d’un poisson lune. Lors de notre rencontre à Lisbonne, Philippe Poupon m’avait dit avoir vu un énorme poisson lune au Cap Finistère… Était-ce le même ? Moi je ne l’ai pas vu, mieux, je lui ai fait la bise ! Il faut dire qu’il dormait dans cette eau bizarrement colorée, il devait être en train de rêver à une « poissonne lune » shooté par la décoction de fuel en surface. Il a dû être surpris de se sentir frotté par les 12 mètres de coque de l’écureuil*, voilà ce qui arrive lorsque l’on est dans la lune …Monsieur le poisson lune !

Je pense que les prochains concurrents du « Vendée globe » devraient penser aux poissons lune, car les foils de leurs voiliers ne feront pas des « bises » mais couperont en tranche mes amis les poissons lune rêveurs entre deux eaux… A moins que les foils ne résistent pas aux poissons lune….
poisson-lune
poisson lune
* rappel pour ceux qui n’ont pas lu les épisodes précédents ; Gwinver en breton est un écureuil

admin

Lire ; www.mauriceuguen.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *