Le soleil, la mer et les ofnis…

8 Mai

Premier épisode
gwinver muxia1024
Gwinver2 au ponton de Muxia

Après avoir contourné la côte ibérique, si je garde de très bons souvenirs des escales avec les découvertes et les rencontres, je garde un moins bon souvenir de cette route chaotique, ponctuée de vent de debout , d’une mer hachée, mer désagréable. La côte portugaise est un enfer pour le solitaire qui doit en permanence regarder devant pour éviter tout ce qui flotte, de la bouteille d’eau reconvertie en bouée de ligne de fond à la forêt flottante au large de Porto après que les Espagnols aient ouvert les barrages en amont sur le Douro. Et je ne parle pas des bateaux de pêche de toutes tailles qu’il faut éviter en imaginant la route qu’ils vont suivre. Bref, long parcours de chausse-trappes, un élément majeur qu’il faut intégrer lorsque l’on fait route vers le nord. Tous ces objets que d’autres qualifient d’Ofni*…
La partie espagnole est beaucoup plus calme, soit la mer est plus difficile, soit les pêcheurs côtiers sont moins téméraires pour aller placer leurs pièges à quelques milles de la côte. C’est un parcours. Après avoir côtoyé la Pinta et la Santa Maria je me dis que les navigateurs de cette époque avaient bien du mérite.

Lagos, au sud Portugal, fut une marina confortable comme on les aime avec un léger parfum de méditerranée toute proche. Lisbonne, un arrêt pratique mais qui me réserva une grosse surprise avec les anodes de protection que j’immerge à chaque arrêt , le zinc avait bien travaillé bouffé par l ‘électrolyse du voisinage…. amis qui venez là avec une coque en aluminium…protégez-vous !

SAMSUNG CSC
rencontre dans la houle, sans vent

Le petit stop nocturne à Peniche me laisse un souvenir de cowboy, en pleine nuit…noire ! Pas d ‘éclairage au ponton, vent perpendiculaire après avoir hésité à mouiller dans l’avant-port , c’est au lasso que j’ai attrapé le catway ! Puis Porto qui se refuse avec sa barre qui m’interdit le Douro, les troncs d’arbres qui flottent dans une eau boueuse due aux inondations en amont. Leixoes, un port de secours, un lieu où l’on ne fait pas de vieux os ! Un endroit qui laisse peu de souvenirs bons ou mauvais juste un certain inconfort. Viana do Castelo un charme certain, une ville que je qualifierais de la « Lourdes du bord de mer ! » là aussi pas le temps de bien tout comprendre avec un bref arrêt pour éviter les mauvaises rencontres de nuit au large. Juste une chose, après une nuit au ponton extérieur sur la rivière…. bien assurer ses amarres, le lieu est un véritable tapis roulant à la renverse.
philou & moi bateaux1024
Rencontre de Lisbonne

A suivre …

*Ofni : objet flottant non identifié..

admin

Lire ; www.mauriceuguen.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *