Les Le Bihan, des Grands.. !

18 Mai

le bihan
Depuis le salon nautique nous avions rendez-vous avec David…vers le 15 mai…en fait ce fut le 16 ! Lui sur son Zod familial en route pour les Glénans et moi dans le chenal de Port-la-Forêt à bord de Gwinver2.Voilà des gens de précision qui ne plaisantent pas avec les horaires. Il est vrai que le métier de gréeur et maître voilier d’aujourd’hui demande une grande technicité, des hommes de précision..
Les milles parcourus depuis le sud Portugal m’ont fait mieux comprendre le Gwinver2 et confirmé mon approche des premiers moments à bord. Ce bateau demande un solent pour faire un bon cap aux allures de près. Le génois d’une surface respectable voire un peu grande, même légèrement roulé, n’aura jamais l’efficacité d’un solent. Aussi un enrouleur lui est maintenant consacré pour plus de rapidité et de confort à envoyer.

Dès potron-minet, David et son équipier Francky étaient à bord pour reprendre le plan de pont, vérifier et tester tout le gréement ; « Oh on a l’impression que c’est installé de la semaine dernière… ! » confie Francky perché en haut des barres de flèches, fier du travail de la « Le Bihan Compagnie » 7 ans plus tôt !
ecoutes

Volent les drisses, pendant que se croisent les balancines au bout des padayes, les lazy jacks tombent sur le pont, les bosses de ris font une cure d’amaigrissement, pendant que les bastaques sont choquées sur bâbord et bordées sur tribord…le gréement chante, le chariot de grand voile passe d’un bord à l’autre.Et  les coulisseaux? me direz-vous, ils  circulent sur leurs rails…vers la tête de mat!
A plat pont, la suédoise attend dans son sac d’être envoyée en l’air. Reste le tourmentin qui doit se faire faire une nouvelle ralingue sur son étai volant. Moment magnifique où tous ces éléments qui font marcher un voilier sont à la coda du maître voilier et de ses comparses les gréeurs. Oui la famille Le Bihan a tout des Grands …et la symphonie, qu’ils orchestrent sur le pont de Gwinver2, tient de l’art d’un métier magnifique des agitateurs de rêves qui se lisent dans les yeux des badauds agglutinés sur le ponton « …Braves gens, pas de soucis si vous mélangez tous les termes dans vos commentaires » , où drisses, bastaques, balancines, étais, réas, écoutes, lazy-jacks, hale bas…et que tout se termine par la rouge, la verte, la bleue, la jaune, la blanche…un vrai feu d’artifice !
David et Francky sont les artificiers du moment. Les maîtres des rêves en transhumance. Les faiseurs d’aventure en partance pour aller sentir le vent des caps qui ponctuent nos mers, du Finistère au Farewell en passant par le Horn et le Bon Espérance …et ce spectacle se joue dans une vallée baptisée la « Vallée des fous »…allez savoir pourquoi !

admin

Lire ; www.mauriceuguen.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *